Archives mensuelles : octobre 2014

Les guides touristiques sur le Cambodge

DSC_0025 - Copy

Il existe plusieurs guides touristiques sur le Cambodge dont les principaux sont le Lonely Planet, le Petit Futé et le Guide du Routard, ces derniers apportent des mines d’informations aux touristes et les orientent dans leurs choix.
Il arrivent cependant que quelquefois certaines informations sont erronées ou ne correspondent pas ou plus à la réalité, souvent des clients m’écrivent avoir lu sur tel ou tel guide que tel ou tel lieu était un site extraordinaire à visiter, si bien souvent cela correspond à la réalité il arrive d’autres fois que cela m’étonne car ayant visité moi-même ce lieu je n’y ai trouvé aucun attrait et ne l’ai pas retenu car ce n’est pas dans les habitudes de Wam de faire visiter un site, de faire parcourir des kilomètres quelquefois dans des conditions difficiles pour découvrir un recoin du Cambodge sans intérêt.
Il y a également les commentaires sur les hébergements qui quelquefois me surprennent et me font douter sur le fait que la personne ayant écrit le commentaire ait vraiment séjourné et/ou visité le lieu. Nous devons prendre en compte aussi une autre réalité, si un client descend dans un hôtel ou une guesthouse suite aux recommandations d’un guide et qu’il n’est pas satisfait il peut à la limite envoyé un commentaire à ce dernier pour exprimer son désappointement mais par contre si c’est nous voyagiste, réceptif local, expert du Cambodge qui hébergeons l’un de nos clients dans ce même établissement cela va être beaucoup plus grave ! Il y a de fortes chances pour que l’on nous demande à changer d’hôtel, et que l’on reçoive des commentaires désagréables ! Ce qui est tout à fait normal car en proposant tel ou tel lieu nous engageons notre responsabilité.
Les agences locales comme nous qui travaillent en direct avec leurs clients, si elles durent dans le temps c’est qu’elles fournissent des services de qualité, que les commentaires les commentaires les concernant sont positifs car il est plus simple et plus rapide de perdre une notoriété par rapport au temps qu’il faut pour l’acquérir.
Cet article n’est en aucun cas destiné à critiquer tel ou tel guides car leurs représentant accomplissent souvent un travail de recherches impressionnant, c’est simplement pour expliquer que nous n’avons pas le même degré de responsabilité auprès de nos clients respectifs et que les risques encourus ne sont pas les mêmes.
Gérard THEVENET / WAM TOUR

Les évènements du printemps 1997 au Cambodge

DSC_0025 - Copy

Le printemps 1997 a été une période « chaude » de l’histoire du Cambodge, nous avions à l’époque deux co-premiers Ministres Hun Sen et le Prince Norodom Ranariddh, chaque Ministère avait deux ministres, un de chaque parti, difficile de gouverner un pays dans ces conditions, il y avait également deux polices et deux armées, chaque premier ministre avait la sienne.
A l’époque j’étais propriétaire du restaurant la Taverne sur le quai Sisowath, Gilles un ami d’enfance venu me rejoindre au Cambodge m’aidait à gérer cet établissement en tant que Directeur des relations publiques, rôle qui lui allait comme un gant.
Les escarmouches entre militaires et/ou police des deux parties étaient fréquentes, un soir quelques semaine avant les évènements qui avaient poussé Le Prince hors du pays et laissé Hun Sen seul maître à bord, il y avait des affrontements en différents points de la ville, nous étions en total insécurité. Vers minuit à la fermeture nous primes la route conduisant à mon domicile Gilles et moi, ma maison se trouvait à une rue de la propriété du Prince. A quelque centaine de mètres de l’arrivée nous fumes stoppés par une patrouille de militaires qui nous fîmes descendre de la voiture et nous fouillèrent, ils dérobèrent de l’argent dans la poche de la Chemisette de Gilles et un autre soldat m’arracha mon téléphone portable et commença à partir, je le rattrapai et exigeait qu’ils me rendent mon appareil, son officier alerté lui fit signe d’obéir, une téléphone portable à l’époque coutait une petite fortune. Ils nous empêchèrent de continuer notre route et nous dûmes rebrousser chemin, ne sachant trop ou aller, nous décidâmes de tenter de rejoindre un bar de nuit tenu par Simone, une vietnamienne élevée par les bonnes sœurs et parlant un français parfait, le bar de Simone était en fait un bordel et Simone une bonne mère mackerelle, ce lieu était surtout fréquenté par des militaires français en poste à Phnom Penh à l’époque, les entraineuses n’étaient pas de première jeunesse , Gérard le compagnon de Simone de l’époque gérait l’ambiance en nous diffusant une bonne musique des années 70/80, Après quelques verres nous envisagions de tenter un retour vers notre domicile mais Simone nous en dissuada en nous affirmant qu’elle s’était renseignée et que le calme n’était toujours pas revenu, elle nous proposa de passer la nuit dans son bar en nous mettant à disposition une petite chambre sous l’escalier qui était utilisée pour les passes. Cette chambre ne possédait qu’un seul lit et pas très large, 120 cm si mes souvenir sont bons, Gilles et moi nous couchèrent donc en travers de ce lit car vu nos corpulences 120 cm cela faisait un peu juste, le lit n’était pas de première jeunesse ni très costaud, en ayant deux beau bébé comme nous, moi ayant grandi en largeur et Gilles en longueur, il ne résista pas longtemps et deux pieds cassèrent, ce qui fit que nous terminâmes notre nuit en dormant « en pente », autant dire que nous dormîmes très peu.
Au petit matin tout semblait rentrer dans l’ordre, nous nous dirigeâmes vers ma maison pour prendre une douche avant d’attaquer notre journée de travail, en chemin je dis à Gilles qu’il serait préférable de ne pas dire à mon épouse que nous avions passé la nuit dans un bordel car elle aurait du mal à croire que nous avions dormi ensemble et pas avec des filles de petite vertue.
Je lui dis : « Nous dirons que nous avons dormi au restaurant ».
Notre mensonge ne tenu que quelques heures car soupçonneuse mon épouse téléphona au gardien de nuit du restaurant pour le questionner puis vers 13 heures Simone « enfonça définitivement le clou » en entrant dans mon restaurant et en criant à l’adresse de mon épouse : « Bonjour Da, tu sais que Gérard et Gilles ont dormi dans mon bar cette nuit ». Inutile de dire que j’ai eu droit à une bonne semaine de « soupe à la grimace ! »

Gérard THEVENET / WAM TOUR

Proverbes cambodgiens N°2

1452211_10202684757106643_698062630_n

1) Dix qui savent ne valent pas un qui pratique
2) Brave, peau tailladée ; lâche, peau indemne.
3) Pour bâtir le futur, il faut étudier le passé.
4) Celui qui parle trop n’est pas écouté
5) L’homme prévoyant n’est jamais pris au dépourvu
6) Bois de l’alcool, et tu deviens un tigre en paroles
7) Voler rapporte, mais se faire prendre coûte davantage
8) Quand le chat est absent, le rat monte sur le trône
9) Le gâteau n’est jamais plus grand que le moule
10) Plutôt perdre sa bourse que trahir sa parole

Gabriel Leylavergne client et ami de Wam témoigne

small_gabriel_leylavergneAprès un premier contact avec le Cambodge en 1998 dans le cadre d’une mission d’ordre professionnel, j’ai eu très envie d’y revenir en touriste mais en évitant les charters organisés par les agences de voyages qui ne sortent pas des sentiers battus et utilisent les transports en commun, frustrant pour les curieux, les photographes et tous ceux qui privilégient les contacts humains. Alors je suis allé sur internet et j’ai cherché, cherché, cherché.

_CBG0441 - copie  Photo Gabriel Leylavergne

J’ai fini par trouver wam tour Angkor multiservices animée par Gérard Thevenet, son épouse et sa fille.

_CBG0463 - copie

Photo Gabriel Leylavergne

Depuis elle a pris de l’embonpoint et Gérard en a perdu…
Nous avons échangé des dizaines de courriels qui ont débouché sur des réponses rapides et détaillées. J’avais fait une synthèse des sites que je souhaitais visiter. Gérard me conseillait alors ceux qui valaient le détour, me suggérait d’en supprimer quelques-uns et m’en proposait d’autres, plus intéressants selon son expérience. Nous avons défini et arrêté un circuit cousu main comprenant une voiture particulière, un guide et un chauffeur personnel. Je n’ai pas eu à le regretter.

_DSC1451 - copie

Photo Gabriel Leylavergne

Gérard Thevenet m’attendait en personne à l’arrivée de l’avion pour me conduire à l’hôtel. Somptueux et imbattable sur le rapport qualité / prix. Un peu méfiant au tout début quant au comportement de notre chauffeur, il ne m’a pas fallu plus de 24 heures pour être pleinement rassuré. Excellent conducteur, d’une très grande prudence et avec ça, une connaissance et un sens de la route étonnant aussi bien par temps sec que lors des pluies diluviennes que nous avons essuyées. Quant à notre guide il a su nous faire partager ses connaissances encyclopédiques avec une extrême gentillesse et une attention de tous les instants.

_DSC1459 - copie

 

Photo Gabriel Leylavergne

Autre détail, le coffre du véhicule était équipé d’une glacière largement pourvue de bouteilles d’eau minérale. La liberté et la souplesse d’une telle formule est un vrai bonheur pour celui qui ne se satisfait pas de passer, le nez collé à la vitre du bus, en écarquillant les yeux. Un simple geste ou un mot et notre chauffeur immobilisait son véhicule afin que je puisse photographier. Quelle patience pour supporter un fan de photos !

_DSC1463 - copie

 Photo Gabriel Leylavergne

Au deuxième jour les rapports clients prestataire de service avaient disparu pour faire place à des relations humaines, amicales, sympathiques.

_DSC1671 - copie

Photo Gabriel Leylavergne

J’y suis revenu en 2011 en compagnie de mon fils tout aussi fana de photos. L’ambiance, le service, l’accueil n’avaient pas changé.
Gérard est devenu un ami. Et si je reviens au Cambodge je sais à qui m’adresser. L’agence a pris du relief et Gérard Thevenet s’est entouré d’une solide équipe, jeune et dynamique, attentive aux besoins du client, efficace et disponible.

_DSC2076 - copiePhoto Gabriel Leylavergne

Que dire de plus sinon que j’hésite encore pour définir le couple Thevenet, Franco-Khmer ou Khméro-Français, en tout cas il a su adopter de ce merveilleux pays le sourire, la gentillesse, la fidélité et bien évidemment une honnêteté et une intégrité sans faille.

_DSC2138 - copiePhoto Gabriel Leylavergne

Article écrit par Gabriel Leylavergne – Client WAM.