Archives mensuelles : décembre 2014

Proverbes cambodgiens N°4

DSC_0025 - Copy

1) Cherche le maître du chien qui mord, cherche le gardien du bœuf qui donne des coups de corne. ”
2) Dessiner un tigre pour faire peur aux bœufs
3) Doigts actifs, ventre plein
4) Dressé le riz ne porte pas de grains ; courbé, le riz est bon à récolter.
5) Il ne faut jamais confier des œufs aux corbeaux
6) L’eau coule du haut en bas. La chance va vers celui qui fait du bien.
7) La douane dort, tu le réveilles pour lui donner ton riz
8) La négligence ruine, la surveillance épargne
9) Le chien qui aboie ne mord pas.
10) Le marteau taille mal par faute de la manche, l’enfant est désagréable par faute des parents.
Gérard Thévenet – WAM – Agence de voyage locale et indépendante au Cambodge

Quand visiter le Cambodge ?

map_of_cambodia

Lorsque vous écoutez ou lisez les conseils des voyagistes et des guides de voyages on vous dit ceci :
Il faut découvrir ce pays entre octobre et mars car après il fait trop chaud et c’est la mousson, il pleut tous les jours et moi qui suis installé depuis plus de vingt ans au Cambodge je dis : MENSONGES ! GROS MENSONGES ! Les voyagistes disent cela parce que ça les arrangent et les guides reprennent les conseils des voyagistes.
Pourquoi conseillent-ils cela ? Parce qu’ils ont d’autres destinations à proposer à leurs clients durant la période qui va d’avril à septembre et qu’ils ont baptisé la basse saison pour l’Asie du sud-Est, ces destinations se situent généralement en Europe et autour de l’Europe ou c’est le printemps puis l’été.
Sachez pourtant ceci c’est aussi la plus belle période pour découvrir le Cambodge, à partir d’avril il commence à pleuvoir cependant pas comme le prétendent ces sinistres menteurs, il pleut de temps en temps, pas tous les jours et lorsque cela arrive cela ne dure rarement plus d’une heure dans une journée. Petit à petit la végétation change et le pays entier se transforme en un merveilleux paradis verdoyants, des couleurs extraordinaires qui semblent quelquefois irréelles et cela va des rizières aux jungles les plus profondes.
Certes avril et mai sont les mois les plus chauds de l’année mais il est toujours possible d’éviter les fortes chaleurs de la mi-journée en commençant les visites tôt et en prenant un temps de repos plus long par exemple entre 11 heures et 15 heures. C’est ce que nous conseillons à nos clients.
J’émets cependant une réserve, c’est Sihanoukville, la station balnéaire est entourée d’une chaîne montagneuse qui semble retenir les nuages, ce qui fait que les pluies sont beaucoup plus fréquentes et y durent beaucoup plus longtemps que sur le reste du Cambodge. Même s’il pleut beaucoup à Sihanoukville il ne faut pas oublier que les pluies tropicales sont composées d’eaux tièdes et que ce n’est pas si désagréable que ça. Cette année j’ai séjournée une semaine dans cette cité au mois de mai sans qu’il ne tombe une seule goutte d’eau.
Pour terminer nous sommes sur ce chapitre nous sommes en ce moment début décembre 2014, la saison sèche et pourtant cela fait plusieurs nuits qu’il pleut, de belles averses, c’est pourtant à cette époque (novembre et décembre) que les voyagistes envoient le plus de clients au Cambodge. Les chinois, les coréens, les japonais, thaïlandais, Vietnamiens et autres asiatiques visitent le pays toute l’année, difficile de leur mentir, ils connaissent bien cette partie du globe.
Gérard THEVENET – WAM – Agence de voyage locale indépendante au Cambodge.

Les guides WAM au Cambodge nous disent…

gérard photo

Les meilleurs guides aiment travailler avec nous et lorsque je demande pourquoi ? Ils me répondent parce que vos clients sont tous des clients gentils et c’est un plaisir de leur faire découvrir notre pays.
Et pourquoi sont-ils gentils ?
Parce que nos clients nous ressemblent, ils ont compris notre philosophie et y adhèrent, ils voyagent avec nous car ils désirent partager cet amour du Cambodge qui est ancré en chacun des membres de l’équipe WAM.
Ils ont compris que nous étions des humains, des purs et pas des machines à faire du fric et ces clients s’identifient en nous car ils partagent notre humanisme, notre envie de vrai !
Certains pensent que je suis quelqu’un de pas normal, un genre de malade mental car il arrive souvent que lorsque je ne ressens pas un demandeur de voyage je finisse par lui dire : « Nous ne partageons pas la même idéologie, nous ne ressentons pas les mêmes choses et il serait donc préférable que vous choisissiez un autre réceptif pour découvrir ce merveilleux pays ».
Au début mes nouveaux collaborateurs me prennent vraiment pour un fou caractériel puis au fil des mois lorsqu’ils découvrent nos clients qui viennent nous rencontrer dans nos bureaux de Siem Reap ils comprennent que j’ai raison car ce sont des gens gentils comme nous qui ont soif de découvrir des choses et des lieux authentiques mais aussi de rencontrer des gens, de voir comment ils vivent, ce sont des voyageurs qui ont envie de partager et ça c’est merveilleux ! Des clients contents, des guides heureux de les guider et une équipe d’agence heureuse de s’entendre dire à la fin du séjour : « Merci ! Cela a été encore mieux que ce que l’on avait imaginé ! » .Des petites phrases comme ça procurent des instants de bonheur intense, elles ont beaucoup plus de valeurs que tout l’or du monde.
Ma plus grande fierté c’est d’avoir inculqué cette façon de penser à mes collaborateurs, oui je suis vraiment fier de cela !
J’en profite pour remercier mon grand-père maternel Jean Rabatel qui m’a en partie élevé et qui m’a appris ceci, ce qui est important dans la vie c’est de pouvoir se regarder dans le miroir le matin lorsque tu te rases, tant que tu peux te regarder dans les yeux c’est que tout va bien ! On a essayé de me briser, de faire croire que j’avais changé mais ne t’inquiète pas grand-père même si tu m’as quitté lorsque je n’avais que quinze tu es toujours resté dans mon cœur, tu as guidé ma vie, tu m’as évité de faire des bêtises et c’est grâce à toi que je suis ce que je suis ! Un homme qui marche debout ! Que chaque épreuve rend plus fort ! A l’aube de mes soixante ans je pense encore chaque jour à toi .
Gérard Thévenet – Wam – Agence de voyage locale et indépendante au Cambodge.

Les Backpackers au Cambodge version 2015

imagesDe nos jours les backpackers qui voyagent au Cambodge n’ont plus rien à voir avec ceux que l’on croisait dans les années 90, tout d’abord ils étaient rares et voyageaient en individuels, à l’époque c’était vraiment l’aventure.
La version 2015 est regroupée « en troupeaux », en face de notre bureau chaque matin nous en voyons prendre le bus direction le poste frontière de Poilpet avant de passer en Thaïlande, ils sont équipés de téléphones portables dernier cri avec GPS incorporé, de guides style Le Routard ou le Petit Futé, qui leurs disent exactement où ils doivent dormir, ou ils doivent manger, cela ressemble beaucoup à du voyage organisé laissant très peu de place à l’aventure et à l’imprévu.
Dans toutes les villes du Cambodge il y a des guesthouse, certaines possèdent des dortoirs ou il est possible de dormir pour quelques dollars.
Il y a aussi les arnaques pour backpackers mais on a très peu d’informations sur ce sujet car ceux qui en ont été victimes en général n’aiment pas s’en vanter, par exemple j’ai vu arriver à Siem Reap des voyageurs qui avaient réservé et payé une guesthouse à Siem Reap depuis la Thaïlande (Bangkok quartier de Kao San Road) et une fois arrivé ils avaient la désagréable surprise de découvrir que cet établissement n’existait pas. Il y a aussi les minibus de transports collectifs qui vous amènent depuis la frontière Thaï jusqu’à Siem Reap, mais voilà ils vous déposent avant à l’entrée de la ville en prétextant qu’ils n’ont pas le droit de pénétrer dans la cité, vous êtes au milieu de nulle part, il y a quelques tuk tuk (complices) qui attendent et demandent un prix exorbitant pour vous conduire au centre-ville.
N’oublions pas les touristas dues à une nourriture pas très hygiénique auxquels les estomacs khmers habitués depuis toujours résistent mais pas celui des occidentaux qui ingurgitent normalement de la nourriture aseptisée. Sur ce sujet on lit très peu de posts sur le net et pourtant…..
Les vols d’argent et de passeports sont aussi fréquents dans les guesthouse peu sécurisées.
Gérard THEVENET – WAM – Agence de voyage locale indépendante au Cambodge