Cambodge : La légende des serpents

Pourquoi trouve-t-on toutes sortes de serpents dans le monde de nos jours ?

cobra-philippines-720x542   images-1
Il était une fois, dans un village rural, vivait une famille de trois personnes bien tranquille : le mari nommé  » Chao Mea nop « , la femme nommée  » Neang Ny  » et la fille nommée  » Neang Eth  » (Neang , langage famlier rural signifie jeune femme ou jeune fille).
Le mari faisait le marchand de perles fantaisies. Il voyageait à pied de village en village, chaque voyage durait parfois des semaines voire des mois ou même une année entière, avant de retourner à la maison, laissant seules sa femme et sa fille.
Un jour, en absence de son mari, Neang Ny et sa fille Eth allaient couper les bois, avec les villageois, dans la forêt. Elles s’éloignaient des autres villageois pour pouvoir trouver du bois. En voyant de loin une petite clairière, un nouvel endroit caché dans la nature où sûrement personne n’ait jamais parvenu jusqu’ici, Neang Ny et Eth, sont très heureuses de la trouver. Toutes les deux se précipitaient à ramasser des branches, Neang Ny coupait le grand tronc du bois et Eth préparait des tas pour pouvoir les transporter.
Par accident, pendant que Neang Ny se forçait à couper le bois, la manche de sa fourche est cassée et laisse tomber la fourche dans un trou énorme et profond. Neang Ny et Eth, essayèrent de la ramasser avec regret. A chaque fois qu’elles s’approchaient vers la fourche, elles la poussaient encore plus loin jusqu’au fond du trou. Alors Neang Ny, en se penchant pour regarder le fond du trou, devint stupéfaite par la vue d’un tel serpent d’une très grande taille. Mais, comme le temps faisait très tard, la nuit alla bientôt tomber, Neang Ny priait le serpent de lui rendre sa fourche.
Le serpent, ayant entendu la plainte de Neang Ny, répondit à son appel en disant :  » Oui, je te rends la fourche, si tu es d’accord de m’aimer comme ton amant « . Neang Ny, se hâta de récupérer sa fourche à jamais, lui répondit :  » D’accord, mon serpent, je ferai ce que tu voudras si tu me rends la fourche « . Neang Ny répondit ainsi sans même réfléchir.
Le serpent lui passa la fourche et avertit Neang Ny :  » Si tu me mens, je te tuerai jusqu’à chez toi « .
Après avoir récupéré la fourche, Neang Ny et Eth se précipitèrent de rentrer à la maison. La nuit tombait, Neang Ny par la peur du serpent ou par l’absence de son mari, dira à sa fille d’aller appeler le serpent comme promis.
Eth obéissant à sa mère et alla appeler le serpent. Arrivant au bord du trou, elle cria :  » Oh, serpent Kéng Kang, Neang Ny t’appelle pour aller chez elle « . Le serpent entendit la voix de Eth, sorti du trou et la suivit jusqu’à la maison, et il resta avec Neang Ny jusqu’à l’aube avant de retourner à son trou, et cela dura toutes les nuits…
Le mari, après avoir quitté longtemps la maison, rentra avec joie chez lui pour retrouver sa femme et sa fille. Arrivant à la maison, en voyant sa femme enceinte, il ne disait aucun mot. A l’absence de Neang Ny, il demanda à sa fille de lui raconter tout ce qui s’est passé pendant son absence. Eth eut raconté tout à son père. Alors, fou de rage, le mari prépare un plan en disant à sa femme :  » Ny, pendant mon absence, tu n’es jamais allée rendre visite à tes parents, alors, maintenant je suis là, mieux tu pars quelques jours pour voir tes parents « . Neang Ny, ignorée du plan de son mari, prépara les bagages et parti seule.
Après le départ de sa femme, la nuit tombait, Chao Mea Nop, le mari disait à Eth d’aller appeler le serpent Kéng Kang comme d’habitude. Au bord du trou, Eth cria :  » Oh ! Serpent Kéng Kang, Neang Ny t’appelle « . Tandis que Kéng Kang, ce soir-là, ne se sentait pas à l’aise, répondit : « Non, Eth je n’y vais pas, car ton père est là, il me coupera la tête « . Eth le rassura  » Sois sans crainte, mon père voyageait loin, chaque fois dure au moins 2 ou 3 ans, qu’il retournera une fois « . En entendant ainsi, le serpent Kéng Kang sorti du trou et suivi Eth sans soucis.
Le mari se cacha derrière la porte, armée d’une longue épée, coupa fortement en trois morceaux le serpent qui rampe lentement pour entrer dans la maison. Après avoir tué le serpent, le mari accrocha la tête de celui-ci sur le toit de la maison et sa queue sur une branche d’arbre. La partie du corps est réservé pour préparer un plat. Le jour du retour de Neang Ny de chez ses parents, le mari lui servi le plat de la viande du serpent bien préparée. Neang Ny, contente du geste de son mari, mangea ce plat sans se soucier de rien. Tout à coup, un corbeau perché sur une branche d’arbre et chanta :  » Neang Ny, tu es en train de manger la viande de ton amant, si tu ne me crois pas, regarde sa tête accrochée sur le toit et sa queue sur la branche d’arbre « . Le corbeau répéta ceci plusieurs fois. Neang Ny, entendu le corbeau, leva sa tête et vit la tête et la queue de Kéng Kang, alors elle eut les larmes aux yeux.
Le mari, en voyant pleurer sa femme, essaya de se calmer et lui demanda : « Mais pourquoi, pleures-tu ? ». Neang Ny, répondit en cachant ses larmes :  » Le plat est bon, chaud et piquant, cela me fait penser à mes parents, alors mes larmes coulent tout seul « . Chao Mea Nop, cacha sa colère et faisait semblant à parler normalement à sa femme :  » Oh, je comprends. Tu sais, j’ai tellement envie de t’amener à la rivière pour se baigner, tu accoucheras dans quelques jours et après ça, tu ne pourras aller nul part, il faut mieux en profiter maintenant « . Neang Ny, sans aucun mot, baissa sa tête.
Le lendemain, Neang Ny et Chao Mea Nop partaient seuls à la rivière loin du village, sans leur fille. Arrivant au bord de la rivière, au moment où Neang Ny est en train de changer pour descendre dans l’eau, Mea Nop leva son épée et coupa le ventre de sa femme par colère. Nean Ny tomba par terre et mourut de suite, mais de son ventre sortaient des dizaines voire centaines petits serpents vivants. Chao Mea Nop essaya de tuer en coupant en morceaux ces petits serpents, mais comme, ils sont très petits et nombreux, Chao Mea Nop ne peut pas tous les tuer. Alors, il y a des serpents qui se sont sauvés en descendant dans l’eau et qui deviennent « les serpents d’eau » et d’autres en rampant dans la forêt et partout, qui deviennent « les serpents de terre ».
C’est pourquoi, on trouve toutes sortes de serpents dans le monde de nos jours…!!!

10687236_854315424593246_762020428688402946_o

Présentation de WAM TOUR
Créé en 2007 par moi-même qui suis présent au Cambodge depuis 1993 je vous propose mon expertise pour la réalisation de votre séjour. Il va sans dire que cette expertise représente un cout mais cela vous donne aussi la garantie d’un voyage réussi et parfaitement planifié par un spécialiste sur place. Ce cout sera moins élevé qu’en vous adressant à une agence généraliste qui utilisera de plus un ou plusieurs intermédiaires.
Mes connaissances du pays n’ont pas pour but de vous faire découvrir moi-même ce merveilleux pays car les cambodgiens sont les plus aptes à vous faire apprécier leur royaume, je suis simplement le trait d’union entre vous et eux en vous recommandant les meilleurs.

11025818_934890933202361_8039019002642254263_n

Pour tout conseil contacter :
Gérard THEVENET – contact@wamtour.com –WAM – Artisan voyagiste au Cambodge – www.wamtour.com