Cambodge : Le secret des éléphants

 

elephant de cirque

Les éléphants sont des gens. Ils ont un langage et des cultures. Leurs sociétés sont aussi complexes et fascinantes que celles des dauphins. Il est cruel et inutile de les enfermer dans des zoos. Tout doit être mis en œuvre au niveau international pour les protéger dans leur propre pays.

DSC_0081

Les pachydermes usent de « conversations » (constitué de grondements, d’infrasons et d’appels claironnants) pour communiquer et, entre autres choses, pour indiquer que c’est le moment de s’en aller.
Les scientifiques ont mesuré les données sonores et cartographié le comportement des éléphants à cinq points d’eau différents. Ils ont catalogué les vocalisations des éléphants à partir du moment de leur arrivée au niveau des auges jusqu’à ce qu’ils décident qu’il était temps de partir.
«Ecouter leurs grondements, c’est comme écouter des camions qui passent à distance. Ils utilisent des fréquences étonnement basses. Vous pouvez presque imaginer le cycle de l’onde sonore. C’est une sorte de battement dans votre poitrine « .
Les appels sont coordonnés entre les éléphants et la «conversation» peut compter plusieurs interlocuteurs répartis sur une large surface.
« Ce n’est pas seulement un chœur», continue la chercheuse, «Dès qu’un appel se termine, un autre appel commence, puis un suivant, puis encore un suivant. Ces messages sont connectés comme une chaîne. En fait, les éléphants reçoivent un appel de 3 secondes et le transforment en un appel de 9 secondes ». Cet appel est sonore et infrasonore : il se diffuse aussi par le sol et permet d’atteindre d’autres hardes à de très longues distances.
Les scientifiques ont découvert que ces conversations n’impliquaient que quelques membres du troupeau, situés en haut de l’échelle hiérarchique.
«Ils ont un chef de famille, » dit le chercheur. « Puis il y a une sorte de personnage qui joue le secrétaire d’état, et enfin vous avez le général qui ferme la marche. Puisque de nombreuses familles d’éléphants se rendent dans un trou d’eau en même temps, la cohue dans ces lieux peut être très importante. J’ai vu ainsi de 200 à 300 éléphants entassés dans le même trou d’eau, tous en même temps ! A ce moment-là, il y a beaucoup de vocalisations, de bousculades, de cris et de rugissements ».
Les vocalisations et autres grondements représentent quelque chose de bien plus pour les éléphants qu’une simple façon de communiquer. Elle estime que la façon dont ils échangent les aide à former une société plus étroitement liée et mieux organisée sur une large échelle.
« Ces vocalisations facilitent les relations entre les éléphants et leur permettent de collaborer entre eux. Elles sont à la mesure d’une société complexe et démontre qu’un autre groupe d’animaux sociaux peut s’organiser comme nous à l’aide d’émissions sonores », conclut la scientifique.

Gérard THEVENET – WAM – Agence de voyage locale francophone indépendante au Cambodge. www.wamtour.com