LA CORRUPTION AU CAMBODGE

DSC_0025 - Copy

Au Cambodge la corruption fait partie de la vie de tous les jours, elle est tellement présente de partout que pour beaucoup c’est normal.
Dans ce pays un fonctionnaire n’occupe pas un poste pour obtenir un salaire, non pas du tout il occupe ce poste par rapport à ce que sa position va lui permettre de racketter et en voici quelques exemples :
– Aux intersections durant la journée il y a presque toujours un petit groupe de policiers, le nombre varie en fonction de l’importance du carrefour, plus c’est stratégique plus il y a de policiers, plus le policier est véreux plus il sera placé dans un point important ! Et là que se passe-t-il ? Eh bien on rackette ! On attend les motos : Celui qui n’a pas de casque, celui dont les papiers ne sont pas règle, celui qui commet une petite infraction, etc…On l’arrête et on lui demande de payer une certaine somme d’argent sinon on lui confisque le véhicule ! A noter que l’on arrête rarement les voitures et encore moins quand c’est des 4X4 rutilants, là on pourrait avoir affaire à des gens riches, à des gens de pouvoir ! Mieux vaut ne pas prendre de risque ! En fin d’après-midi on rentre au poste et l’on se partage le butin de la journée, la plus grosse part va évidemment aux supérieurs qui distribuent les emplacements. La nuit tombée vous pouvez retirer vos casques, vous pouvez griller les feux, ressortir vos motos qui n’ont pas de papier, les policier sont rentrés et ne reviendront pas avant demain. A noter que l’on n’arrête pas souvent les étrangers, est-ce pour ne pas avoir de problème ? Est-ce un problème de langue, de compréhension ? Y aurait-il une note de service interne qui le stipule ? Si toutefois un jour cela vous arrive demandez au policier qui vous a arrêté de vous dresser une vraie contravention, vous ne refusez pas de payer mais vous voulez un reçu en règle, si la faute n’est pas grave il va vous laisser partir ou au pire vous allez payer une petite poignée de riels, rien à voir avec ce qui était demandé au début.
– Dans la campagne et aux entrées des villes il y a carrément des postes de contrôle avec des barrières ou des chicanes en travers de la routes, là ce sont les véhicules des transports qui sont visés, les camions, les minibus, les voitures et mêmes les motos tirant des remorques, tout le monde doit payer, et tous connaissent le tarif car souvent le véhicule ne fait que ralentir et le chauffeur ou le co-pilote jette le billet par la fenêtre de la portière. Si vous êtes étranger vous passez, rien à payer ! Il y a quelque année à la saison creuse j’avais offert des vacances à mes collaborateurs cambodgiens dans le Mondulkiri et c’est moi qui conduisait le minibus de l’agence, à un moment donné nous avons aperçu au loin un de ces points contrôle , j’étais le seul blanc à l’intérieur du véhicule, je me suis alors entortillé la tête dans un Krama (pièce de tissu cambodgienne multiusages) et je portais des lunettes de soleil, ne voyant aucun blanc à l’intérieur du véhicule les policiers le stoppèrent, lorsqu’ils s’approchèrent de moi je découvris mon visage et là ils sursautèrent et l’un d’eux me cria : « Taeu !Taeu ! » ce qui signifie vas-t-en ! Honteux d’avoir été bernés, mon équipe était morte de rire !
– Lorsque vous avez un accident de la circulation la police embarque les véhicules même peu endommagés, dans ce cas un bon conseil, prenez des photos de tout le véhicule car lorsque vous retournerez le chercher il risque d’en manquer des morceaux ou certaines pièces risquent d’avoir été remplacées par d’autres plus usagées.
– Lorsque je me suis marié en 1994 je devais faire traduire mes document officiels en cambodgien auprès du ministère des Affaires Etrangères, cette formalité est en principe gratuite mais l’employé à ma grande stupéfaction me réclama 400 us$, je lui avais répondu que ce n’était pas possible, que je savais qu’il avait un petit salaire, une famille à nourrir et que je voulais bien le gratifier avec 20 us$ voir 30us$ mais pas plus§ Eh bien il n’y a rien eu affaire il n’a jamais accepté de traduire et à l’époque c’est un employé de l’Ambassade de France qui a traduit ces documents et la secrétaire du consul de l’époque les a envoyé à Nantes en stipulant que cela n’avait pu être réalisé par le Ministère des Affaires Étrangères à cause d’un niveau de corruption trop élevé.
C’est aussi ça le Cambodge mais continuez à venir visiter ce beau pays, les étrangers ne risquent pas grand-chose, ce sont les pauvres locaux qui subissent.
Le gouvernement tente de lutter contre tout cela, de temps en temps on voit un chef des taxes se retrouver en prison, un policier muté, etc… mais la gangrène est si profonde que le mal sera très dur à éradiquer !
Un jour un vieux professeur d’université cambodgien m’a dit, il y a eu deux grands problèmes au Cambodge, d’abord les khmers rouges qui ont tué et fait souffrir tant de gens puis les forces des Nations Unies et ceux qui les accompagnaient qui en matière de corruption ont enseigné aux cambodgiens tout ce qu’ils ne savaient pas encore !

Gérard Thévenet

Une réflexion au sujet de « LA CORRUPTION AU CAMBODGE »

  1. directory

    I just want to tell you that I’m all new to blogs and truly loved this website. Most likely I’m going to bookmark your blog post . You actually come with fabulous articles and reviews. Regards for revealing your web page.

Les commentaires sont fermés.