Les origines du Preah Khan

Le Preah Khan date de 1151 et fut érigé sous le règne de Jayavarman VII. Il est situé au
Nord-Est d’Angkor Thom Juste à côté. Dans ses alentours se trouve : Angkor Thom, Prasat Bayon, Banteay Prei, Neak Pean.

preah-khan-5

Le nom du temple de Preah Khan se traduit par «l’Epée Sacrée».

Le temple a été construit par Jayavarman VII, un roi bouddhiste qui a libéré Angkor en chassant les forces d’occupation Cham. Le roi qui, auparavant, avait consacré le temple de Ta Prohm à sa mère, a consacré le Preah Khan à son père. La statue de Lokeshvara a été sculptée pour ressembler au père du roi.

index

Le Preah Khan était une ville occupant une grande zone entourée par des douves. A l’extérieur de L’enceinte il y avait des maisons en bois et des cabanes où les gens ordinaires vivaient. Les structures en bois ont disparu depuis longtemps.
Comme le roi Jayavarman VII était un fervent bouddhiste, le Preah Khan a été construit comme un temple bouddhiste. La plupart des représentations du Bouddha ont été détruits ou transformés en représentations indouistes pendant le règne du roi Jayavarman VIII au 13ème siècle.

20081020103613_preah_khan_temple

Les travaux de rénovation sur le temple envahi par la végétation ont commencé dans la fin des années 1920. Le temple a été partiellement restauré en utilisant la méthode de l’anastylose, la reconstruction du temple avec les concepts architecturaux originaux.

En 1939, Maurice Glaize, le conservateur français d’Angkor, a découvert la stèle du Preah Khan sous un tas de décombres. La stèle mesurant 2 mètres par 0,60 mètres est gravée sur ses quatre côtés.
Elle contient une foule de renseignements sur l’histoire du temple. La stèle contient une invocation à Lokeshvara et Prajnaparamita ainsi que pour les trois joyaux du bouddhisme, à savoir le Bouddha, le Dharma ou enseignements bouddhistes et de la Sangha, la communauté bouddhiste. Le texte fait l’éloge de Jayavarman VII, le roi qui a construit le temple et mentionne que le roi a fondé une ville nommée Nagara Jayasri, qui se traduit par « la ville de l’Epée Sacrée». À partir des textes, il est connu que près de 100.000 personnes ont employés à servir le temple, y compris les producteurs de riz, des moines et des danseurs. Il répertorie également la richesse du temple, y compris l’argent, l’or et les pierres précieuses.

siem_reap_temple_preah_khan3

A l’Est au temple

En face de l’entrée orientale du temple sont les ruines d’une petite aire d’accostage pour les bateaux avec un couple de lions qui montent la garde. La jetée est située sur la rive occidentale du Baray Jayatataka, un réservoir d’eau énorme (aujourd’hui à sec) à l’est du temple. De cette jetée, le roi pouvait embarquer sur un bateau au temple Neak Pean, qui est situé dans le centre du Baray. Depuis l’aire d’accostage une longue passerelle d’une centaine de mètres conduit au pont traversant les douves. Les images de Bouddha creusées dans les bornes qui bordent ce pont ont été détruites.

10687236_854315424593246_762020428688402946_o

Gérard THEVENET –WAM – Artisan voyagiste au Cambodge – www.wamtour.com