POURQUOI ME SUIS-JE INSTALLE AU CAMBODGE IL Y A PLUS DE 20 ANS ?

DSC_0025

En 1993 lorsque j’ai visité le Cambodge pour la première fois j’ai immédiatement eu un coup de cœur pour ce pays et ce pour plusieurs raisons :
– C’était un pays dévasté qui ne s’était pas encore remis de la barbarie khmère rouge mais encore moins de l’occupation vietnamienne qui a suivi, durant plus d’une décennie ces derniers ont complètement pillé le pays, si vous recherchez des antiquités cambodgiennes allez au Vietnam c’est là qu’elles se trouvent. La misère était partout, la saleté aussi : A Phnom Penh les égouts étaient à ciel ouvert et les immondices jonchaient les rues. C’est ce qui m’a séduit, je me suis dit ce pays va se reconstruire, ici il y a des possibilités de s’établir et de réussir.
– La seconde raison est que j’aime cette population, leur façon de vivre, leurs traditions, leur esprit de famille, ici il n’y a pas de mouroir comme chez nous ou on mets les vieux pour s’en débarrasser, ici les grands-parents restent avec leurs enfants et s’occupent de leurs petits-enfants, ce sont sans doute mes racines paysannes qui font que j’apprécie ces traditions, dans mon enfance c’était comme ça, mes grands-parents m’ont tant appris et ont fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui, ils y ont beaucoup plus contribué que mes parents que mes parents trop occupés par leur travail. Lorsque les vieux n’ont pas de famille au Cambodge ils se réfugient à la pagode et terminent leur vie ici et franchement je crois que c’est mieux de finir comme cela près des bonzes que maltraité dans une quelconque maison de retraite ou l’on ne s’intéresserait qu’à largement que vous leur rapportez chaque mois.
– La troisième raison c’est qu’en 1994 j’ai épousé Da, une petite vendeuse de marché, à l’époque elle avait 19 ans et elle louait un petit emplacement sur un marché où elle vendait de la viande. De cette union est né Nicolas Sey qui a maintenant 19 ans. Mon épouse ne se prénomme plus Da mais Isabelle car lorsqu’elle a acquis la double nationalité elle a également eu l’opportunité de pouvoir changer de prénom.
Je n’ai jamais regretté mon choix malgré quelques moments difficiles pour réussir mon intégration et dans mes affaires, lorsque je vois ce qui se passe dans mon pays d’origine la France : le taux de chômage, la situation politique, la mentalité des gens qui trouvent normal d’être sans cesse assistés qu’il me semble qu’ils en font même une profession et toujours en train de se plaindre tandis qu’ici au Cambodge même les plus pauvres et même souvent les plus pauvres continuent à sourire, à relativiser, à se chercher des petits boulots pour survivre…UN AUTRE MONDE VRAIMENT ET C’EST CELUI-LA QUE J’AIME ! C’est la vie que j’ai choisi et pour rien au monde je ne souhaiterai en changer.
Gérard Thevenet / Wam Tour

10 réflexions au sujet de « POURQUOI ME SUIS-JE INSTALLE AU CAMBODGE IL Y A PLUS DE 20 ANS ? »

  1. David Tep

    Bonjour Monsieur Thevenet. Après vingt ans comment trouvez-vous le Cambodge présent? PP s’est développée à la vitesse grand V mais quel est le portrait des régions?

    Merci!

    David

    1. THEVENET Gérard Auteur de l’article

      Bonjour Monsieur Tep, je vous remercie de me poser ces questions et je vais tenter d’y répondre sincèrement.
      Le Cambodge présent est bien différent de ce que j’ai découvert il y a plus de 20 ans en 1993 lorsque je suis arrivé, le pays s’est métamorphosé surtout depuis les années 2000, dans tout le pays des maisons en béton et briques remplacent petit à petit les traditionnelles maisons en bois et je trouve cela un peu dommage car j’aime ces maisons souvent construites sur pilotis, chez les femmes et surtout chez les jeunes le sarong est remplacé par des tenues plus modernes, les mentalités ont fortement changées , dans les campagnes les plus reculées on rencontre une jeunesse qui parle anglais, une classe moyenne s’est créée petit à petit au fil des années, personnellement je trouve qu’il y plus de positif que de négatif même s’il reste beaucoup à faire pour lutter contre la pauvreté et les inégalités mais à mon avis le pays va dans le bon sens.
      Phnom Penh est devenu une grande ville pas toujours agréable à vivre surtout aux heures de pointe avec ses embouteillages, dans les années j’y ai vécu et je m’y sentais bien, aujourd’hui je ne pense pas que cela me plairait d’y vivre, j’aime trop Siem Reap, sa campagne environnante et mes virées à vélo sur le site d’Angkor ou dans les petits chemins qui traversent des villages encore authentiques, voir la population partir au travail, les enfants à sur la route de l’école qui me crient des « Hello! Hello! » ou pour les plus grands « Hello ! What is your name ? » et je leur réponds  » My name is At panya ! Yes At Panya » et cela les fait rire…. Que du bonheur !
      En mai j’ai sillonné le Cambodge en allant à O’Smach , Samraong, Banteay Chhmmar, Poilpet, j’ai longé la frontière Thaï jusqu’à Païlin puis rejoint Battambang avant de redescendre sue Phnom Penh en passant par Pursat, Kampong Chhnang, Oudong, à Phnom Penh j’ai séjourné sur l’île de Koh Dach puis je suis reparti sur Sihanoukville, je suis passé par Kep avant de rejoindre Siem Reap par Kampong Thom.
      En juin je suis reparti vers Preah Vear puis j’ai rejoint Stung Treng en traversant le bac car le pont n’était pas encore en service, ensuite Banlung dans le Rattanakiri avant de traverser la jungle (enfin ce qu’il en reste) jusqu’à Sen Monorom dans le Mondulkiri avant de redescendre sur Kratié puis de longer le Mékong jusqu’au district de Kroïtchma pour traverser le Mékong sur un bac pour rejoindre les plantation d’hévéas puis la route de Kompong Thom pour rentrer à Siem Reap.
      Tout au long de ces périples j’ai visité tout ce qu’il était possible de visiter et j’ai découvert que le réseau routier s’était bien améliorer à part le tronçon Phnom Penh qui est toujours en cours de rénovation depuis 4 ans maintenant, que beaucoup de villages étaient alimentés en électricité que sur certains sites dans coins reculés on incitait les visiteurs à utiliser les poubelles plutôt que de laisser leurs déchets sur places, donc du positif, beaucoup de positif même s’il reste beaucoup à faire ! Que voulez-vous je suis un éternel optimiste !
      A votre service pour d’autres questions car j’aime parler du Cambodge ! Le Cambodge que j’aime ! Gérard Thevenet

  2. SIENG Hok

    Bonjour, longue vie à vous dans ce Cambodge que vous aimez et que moi aussi, j’aime.Il me semble que le Bouddhisme a aussi beaucoup façonné notre manière de vivre, notamment avec cette compassion envers ceux qui sont dans le besoin.
    Bonne continuation.
    Hok sIENG

  3. Thomas

    Votre sujet de discussion me ressemble énormément après juste 8 an et demi de Cambodge. J’aime aussi beaucoup le Cambodge pour ça façon de vivre et et de faire les choses …
    Merci pour cette article

  4. Guillaume

    Oui, que c’est bien de prendre un peu de temps pour partager par quelques mots ces instants. Ils sont à la fois si simples et pourtant si intenses que l’exercice n’est surement pas facile. Hum… Je veux dire: pas simple de faire court! En tout cas bravo. Moi aussi je m’y retrouve bien, et pour le coup depuis bien longtemps également, de ce temps où l’on se croisaient dans ces quelques oasis villageoises émergeantes d’un vaste inconnu… d’une vaste dislocation (si encore le terme peut convenir). Un temps ou oser n’était pas forcément une bonne idée et qui nous donne aujourd’hui envie de tout connaitre.
    Alors même si une déferlante de matérialisme à bien vite eu raison du charme des villes; que ses éclaboussures, bien perceptibles dans les campagnes, ne sont pas toujours des plus heureuses… Je reste également un optimiste (en tout cas bien plus que nostalgique…). Le chemin parcouru est immense – peut être la manière de faire – De l’art de séduire…?

    L’émergence de cette classe moyenne dont tu parles, est de plus en plus perceptible. Si tu désires parler, c’est une chose qui me semble importante sans que je puisse bien la saisir. Est elle si importante ou simplement plus voyante?

    Et bien sûr milles autres questions que sous-tendent ton récit.

    Merci,

    Guillaume
    (mon premier contact avec le Cambodge ou plutôt la Mairie de Phnom Penh c’était en décembre 1992)

  5. leang seng kim

    Bonsoir M. Thévenet Gérard,

    Je suis français d’origine cambodgienne, habitant dans le 94.
    Je voudrais juste connaître votre opinion concernant le fait qu’il y a ( beaucoup) de vietnamiens au Cambodge actuellement.
    Je pense que vous comprenez le thème qui hante depuis le XVè siècle le problème cambodgien.

    Je vous en remercie beaucoup d’avance.

    Bonne soirée. Kim.

    1. THEVENET Gérard Auteur de l’article

      Bonjour Mr Kim,
      Je vis au Cambodge depuis plus de 20 ans et je me considère toujours comme un invité, je suis un homme de tolérance, les vietnamiens ne me dérangent pas, pas plus que les chinois ou autres nationalités, je me considère comme un citoyen du monde, peu importe la nationalité d’une personne, c’est sa valeur et ce qu’il a dans son cœur qui compte à mes yeux.
      Tout ce dont je peux témoigner c’est que dans les années 90 il y avait déjà des vietnamiens au Cambodge, ils travaillaient dans le bâtiments, il y avaient des mécaniciens,etc…., aujourd’hui ils sont toujours là, ils ont travaillé et travaillent durement, ils sont quelquefois propriétaires de leurs entreprises, ils ont pour la plupart acquis la nationalité cambodgienne, ne pourrions-nous pas dire comme en France que c’est une bonne intégration ?
      Je sais que les dirigeants vietnamiens ont occupé le Cambodge pendant plus de dix ans, sous prétexte qu’ils étaient venus vous sauver alors qu’en réalité c’était surtout pour sauver leur peau, car l’aéroport militaire de Kompong Chhnang construits par les Khmers rouges et leurs amis chinois allait bientôt être opérationnel, que cet aéroport allait représenter un réel danger pour eux et à mon humble avis c’est pour cela qu’il ont rapidement envahi le Cambodge. Qu’ensuite ces mêmes vietnamiens ont soigneusement pendant dix ans pillé votre pays mais ce sont les dirigeants pas le peuple, ces vietnamiens aujourd’hui installés au Cambodge sont de pauvres gens qui ont fait ce choix pour survivre, ils travaillent ! Pourquoi cette haine ? Pourquoi avez-vous pardonné à vos frères khmers rouges qui vous ont fait souffrir et massacrés pendant des années ? Pourquoi avez-vous pardonné à ces gentils chinois venus les aider à vous anéantir ? pourquoi alors ne pouvez-vous accepter une poignée de pauvres vietnamiens qui n’aspirent qu’à s’intégrer et à aider au développement de votre beau pays ? J’aimerai bien que quelqu’un m’explique tout cela.

  6. check this site out

    I just want to say I am just all new to blogging and site-building and honestly loved your web blog. Almost certainly I’m likely to bookmark your blog . You absolutely come with perfect articles. Kudos for sharing with us your web site.

  7. nike air force 1

    Yesterday, while I was at work, my cousin stole my apple ipad and tested to see if it can survive a 25 foot drop, just so she can be a youtube sensation. My apple ipad is now destroyed and she has 83 views. I know this is entirely off topic but I had to share it with someone!
    nike air force 1
    [url=http://www.scarpeescarpa.com/scarpe-nike-donna-pro-30.html]nike air force 1[/url]

Les commentaires sont fermés.