Randonnée vélo à Angkor par un expert

???????????????????????????????

Pratiquement chaque matin très tôt entre 5h30 et 6h00 j’enfourche mon VTT pour une balade qui va durer au minimum une heure et quelquefois de 3 à 4 heures qui va me faire parcourir de 20 à 50 voir 60 kilomètres.
Je change souvent de destination, il est vrai que depuis le temps que je pratique ce sport je connais de nombreux itinéraires, pas tous bien heureusement, il m’en reste de nombreux à découvrir, mais j’aime revenir sur des itinéraires déjà empruntés pour constater les changements dues à la saison, voir les nouvelles constructions car cette ville et sa banlieue se développent comme un champignon. Heureusement les rizières et zones boisées sont encore nombreuses, il fait bon pédaler sur des digues désertiques tôt le matin et de surprendre au détour d’un chemin quelques échassiers, canards sauvages ou bécassines.
Puis il y a le site d’Angkor qui est énorme et qui regorge de chemins pédestres et cyclables très peu utilisés ou l’in ne croise que des locaux, les touristes sont rares à s’aventurer en dehors des grands axes bitumés, pourtant c’est là que se trouve le Cambodge authentique, peu de voyageurs imaginent qu’il y a des villages dissimulés au cœur de la forêt d’Angkor, des maisons traditionnelles mais aussi des cabanes de fortune érigées par les plus pauvres qui dissimulent leur misère à deux pas de ces temples qui drainent tant de riches touristes.
Une fois où j’étais plein de courage et d’inconscience, de plus en plein mois de mai (2014), période la plus chaude de l’année je suis allé jusqu’à Banteay Srey à 45 km de Siem Reap, puis une fois arrivé là comme si ce n’était pas assez j’ai continué en direction de Kbal Spean 15 km plus loin et je suis rentré passant au pied du Phnom Kulen soit une randonnée de 120 km, je dois avouer que le retour a été difficile car j’étais fatigué et que j’ai mis 48 heures pour m’en remettre. On ne s’imagine pas qu’au Cambodge il fait chaud très chaud sans oublier un taux d’humidité très important. Nombreux sont les touristes qui réclame des balades à vélo et qui se font surprendre par ces deux facteurs lors de leur venue. Un changement de climat qui ne permet pas d’être aussi performant qu’en Europe.
Le gout des randonnées à vélo m’est revenu à cause d’une maladie qui m’a affecté il y a quelques années, un diabète de type 2, les premiers temps j’ai pris un traitement jusqu’au jour ou un vieux médecin français installé au Cambodge me conseille de reprendre une activité sportive, j’ai choisi le VTT, mon état de santé s’est très rapidement amélioré et au bout d’un mois mon taux de glycémie était revenu à la normale, j’ai cessé mon traitement et depuis trois ans je mène une vie tout à fait normale , je me nourrit normalement tout en évitant les excès. Cette activité physique me procure de grands plaisirs et a changé ma vie.

Gérard Thévenet – WAM – Agence de voyage locale indépendante au Cambodge – www.wamtour.com