S-21: Les horreurs de Tuol Sleng

Cette ancienne prison était destinée à torturer et assassiner les quelques 17 000 victimes de Tuol Sleng qui continuent à errer et à hanter ses murs.

s 21

Comme des centaines de milliers de Cambodgiens affamés lentement dans les champs de riz, un certain nombre de prisonniers politiques et leurs familles ont subi un terrible sort à l’intérieur de ce centre d’interrogatoire des Khmers rouges. Baptisée S-21, il était situé dans la banlieue de Phnom Penh, dans un collège aménagé de Tuol Sleng, qui se traduit ironiquement «colline de l’arbre de poison. Il était surnommé : L’endroit où les gens vont dans les mais ne sortent jamais.
A S-21 la mission de Duch son Directeur et de son équipe était de soutirer des aveux aux prisonniers politiques avant de les emmener à l’extérieur de la capitale pour les exécuter, près du village agricole de Choeung Ek. Près de 20.000 personnes ont été détenu à S 21 et seulement 6 ont survécu.

s21 2

La majorité des victimes de Tuol Sleng étaient en fait d’anciens cadres khmers rouges. Les années passants Polpot et son organisation l’Angkar sont devenus de plus en plus paranoïaques, accusant nombre de ses fidèles de trahison. Les dirigeants des Khmers rouges pensaient qu’il y avait des conspirations partout. Sur simple dénonciation ou suspicion ils les arrêtaient et les envoyaient à S-21 dans le but de leur extorquer des aveux forcés. Personne n’a été à l’abri des purges – même certains des membres les plus engagés de la direction des Khmers rouges, y compris ministre de l’Information Hu Nim et vice-Premier ministre Vorn Vet, ont été arrêtés, interrogés et condamnés à mort à Tuol Sleng.

Au fil du temps, ils ont tous été torturés autant que nécessaire afin d’en extraire quelque confession.

s21 3

La grande majorité des prisonniers de S-21 étaient probablement innocent des charges retenues contre eux, ainsi donc les aveux de la plupart des prisonniers étaient des aveux extorqués sous la torture. Même les fidèles cadres khmers rouges finiraient par admettre avoir espionné pour la CIA ou le KGB.

Des milliers de ces fichiers de confessions, y compris 5.000 photographies, existent à ce jour, nous donnant un regard sombre sur les activités qui ont eu lieu à l’intérieur de Tuol Sleng.
Gérard THEVENET –WAM – Artisan voyagiste au Cambodge – www.wamtour.com